« Plantez des arbres » (Wangari Maathai)

 

Tout a été dit ou presque sur Wangari Muta Maathai.

Née en 1940 et emportée par le cancer à l’âge de 71 ans (et à l’heure où le monde lui rend hommage), cette kényane lègue à la planète le Mouvement de la Ceinture Verte (Green Belt Movement) qu’elle a fondé en 1977: elle commence par planter sept arbres le jour de la Terre, pour honorer les femmes qui dirigent l’environnementalisme kényan.

Ce mouvement, soutenu par les kényanes à travers le pays, aura planté plus de trente millions d’arbres en 16 ans, pour prévenir l’érosion du sol. Maathai est parfois affectueusement surnommée « la femme des arbres » (tree woman). Entre-temps, elle est active aussi bien dans le domaine de l’environnement que dans celui des droits de la femme.

 

 

Elle pense au niveau mondial et agit sur le plan local:

En 2004, la militante s’était vu attribuer le prix Nobel pour le travail de son « Mouvement de la Ceinture Verte« , devenant ainsi la première femme africaine à recevoir cette récompense. Son mouvement, avec pour principal projet la plantation d’arbres en Afrique, vise à promouvoir la biodiversité tout en créant des emplois pour les femmes et en valorisant leur image dans la société.

Grâce à l’action de son mouvement contre la déforestation, facteur de sécheresse et de pauvreté pour les populations locales, plus de 30 millions d’arbres ont été plantés au Kenya et des dizaines de milliers de personnes, dont beaucoup de femmes, travaillent dans les pépinières du mouvement. Ses méthodes ont fait école en Tanzanie, en Ouganda, au Malawi, au Lesotho, en Ethiopie et au Zimbabwe.

« Son approche holistique (globale, ndlr) du développement durable embrasse la démocratie, les droits de l’Homme en général et les droits des femmes en particulier« , a souligné le comité Nobel.

Le Mouvement de la Ceinture Verte, salué par de nombreux prix internationaux, a planté depuis 1977 près de 40 millions d’arbres sur le continent.

 

Insoumise et rebelle, celle qui plante les arbres:

Taking Root: The vision of Wangari Maathai

 

Dans son autobiographie publiée en 2006 intitulée « Insoumise: l’histoire d’une femme » (Unbowed: A Memoir), elle racontait comment, sous l’effet du changement climatique notamment, l’environnement s’était dégradé dans sa région du Mont Kenya.

Wangari Maathai a également obtenu le Grand prix littéraire des lectrices ELLE 2008, pour son ouvrage « Celle qui plante les arbres ».

Mais au delà de son pays natal, Wangari Maathai avait étendu son combat pour l’environnement à toute l’Afrique. Ces dernières années, la militante s’était investie dans la sauvegarde de la forêt du Bassin du Congo en Afrique centrale, deuxième massif forestier tropical au monde.

En 1964, cette femme d’exception avait également été la première femme d’Afrique de l’Est à obtenir une licence en biologie, au Mount St Scholastica College dans le Kansas, puis un doctorat en médecine vétérinaire en 1971 à l’Université de Nairobi, dont elle était devenue la doyenne.

Elle a dirigé la Croix Rouge kényane dans les années 70, puis été secrétaire d’Etat kényane à l’environnement entre 2003 et fin 2005.

Divorcée d’un politicien, son ex-mari lui reprochait d’être « trop instruite, trop forte, trop brillante, trop têtue et trop difficile à contrôler ».

Wangari Maathai était, par ailleurs, une ardente avocate des droits de l’Homme, ce qui lui a d’ailleurs valu d’être harcelée, calomniée et emprisonnée par le régime autoritaire de l’ancien président Daniel Arap Moi, dans les années 1970 et 1980 : « L’Etat croit qu’en me menaçant et en me frappant, il peut me réduire au silence« , dit cette mère de trois enfants, « Mais j’ai une peau d’éléphant. Et il faut bien que quelqu’un parle haut et fort« .

 

La famille du prix Nobel appelle d’ores et déjà « les gens à planter des arbres en son honneur« .

Elle souhaite également créer un site dédié à sa mémoire dans la forêt de Karura, dans la banlieue nord de Nairobi, pour le maintien de laquelle Wangari Maathai avait mené un de ses combats les plus emblématiques.

____________________________

Sources:

France24.comAfrik.comThe Green Belt MovementWikipediaLePoint.frElle.frLeMonde.frTour du Monde en 80 Hommes

___________________________

« Wangari Maathai is not only my Superhero »… on Squidoo

 

A propos Not a Chocolate Cake

Serial blogueuse - Intérêts en Relations Publiques, en Communication et en Réseaux Sociaux - CV Infographique: http://vizualize.me/Kabisu
Galerie | Cet article, publié dans Histoires de Femmes, est tagué , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s