La série « Mad Men » ; sexiste ou féministe ?

Récompensée par plusieurs Emmy Awards et Golden Globes, « Mad Men » a remis les années 60 au goût du jour.

« Le sexisme, voilà qui est bien une tendance lourde de l’époque et l’un des grands thèmes soulevés par Mad Men. L’aménagement de l’espace dans l’agence Sterling Cooper est de ce point de vu tout à fait éloquent : Les hommes possèdent chacun leur bureau privatif et occupent tous les postes à responsabilités, lorsque les femmes sont toutes secrétaires et ont leurs bureaux alignés dans le grand hall d’entrée. A chaque homme sa secrétaire, l’expression « your girl » revient très fréquemment dans la bouche des hommes pour les désigner.

Les femmes de la série sont réparties en trois catégories : les secrétaires, serviles et en recherche d’un mari ; les femmes indépendantes, qu’elles aient du succès ou non, bien souvent vues comme des prostituées ; les femmes au foyer, désespérées, mortes d’ennui, sans aucune autonomie, serviles à l’égard de leurs maris » (Aline Bailly – Suite101.fr)

Dans cet univers sexiste que la série tente de représenter, trois figures féminines se détachent, trois femmes très différentes, aux ambitions parfois diamétralement opposées mais qui doivent faire face à un monde qui ne leur fait pas de cadeaux.

Voici donc le portrait de trois femmes :

Betty Draper

Betty Draper est une femme au foyer, un ancien mannequin qui n’est pas sans rappeler la belle Grace Kelly, sa beauté fait d’elle l’objet du regard masculin. Épouse d’un homme dont elle n’arrive pas à cerner la véritable personnalité, elle pardonne ses infidélités pour ne pas être seule mais demande le divorce après avoir découvert son véritable passé.

Joan Harris

Joan Harris est à la tête du secrétariat de Sterling Cooper. Son expérience de ce milieu masculin fait d’elle la femme la plus avisée de l’entreprise. Dans la série elle incarne, le sex appeal et la féminité. Ses formes généreuses sont souvent mises en avant et il n’est pas rare que l’on utilise ses atouts pour faire signer des gros clients.

Peggy Olson

Peggy Olson représente un nouveau genre de femme, celui qui met au premier plan sa carrière professionnelle. Dans les premiers épisodes, comme toutes les nouvelles secrétaires, elle est assaillie par les avances des hommes qui travaillent autour d’elle. La série montre habilement l’évolution de ce personnage dont la détermination et la libération seront plus présentes.

Le chef d’œuvre de Matthew Weiner représente donc entre autres l’histoire des femmes en plein bouleversements dans l’Amérique encore frileuse du début des années 60.

——————————-

Analysez l’épisode de votre choix au moyen du dossier pédagogique d’E-media, le portail romand de l’éducation aux médias.

Diffusion sur TSR1 (Télévision Suisse Romande) : du 9 janvier au 3 avril 2011, 2 épisodes le dimanche soir à partir de 22h35
 
 
 
 

A propos Not a Chocolate Cake

Serial blogueuse - Intérêts en Relations Publiques, en Communication et en Réseaux Sociaux - CV Infographique: http://vizualize.me/Kabisu
Galerie | Cet article, publié dans Droit des femmes, Films (Cinéma &Télévision), Symboles sexistes, Working woman, est tagué , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s