Non aux mutilations sexuelles féminines !

 

Excision: une réalisatrice genevoise dénonce le fléau dans son documentaire « La plaie et le couteau »

« Il y a aujourd’hui 130 millions de femmes excisées dans le monde. Une pratique inhumaine qui voit deux à trois millions de filles entre quarante jours et dix-huit ans en être victimes chaque année dans 28 pays, dont 23 en Afrique. On déplore aussi entre 2000 et 3000 cas par an en Suisse, où les coupables sont aujourd’hui passibles d’une peine maximale de dix ans de prison »

 

Les mutilations génitales restent un sujet tabou:

« Le 1er juillet 2012 le code pénal suisse réprimera les mutilations génitales. Et les personnes qui envoient leurs filles à l’étranger pour subir ce genre de pratiques seront condamnables »

 

Depuis 2003, le 6 février est la Journée Tolérance Zéro aux Mutilations Sexuelles Féminines.

L’excision : C’est l’ablation d’une partie plus ou moins importante du clitoris et des petites lèvres.
L’infibulation : C’est une excision complétée par l’ablation des grandes lèvres dont les deux moignons sont suturés bord à bord. La vulve est remplacée par une cicatrice fibreuse, l’ouverture vaginale disparaît pour laisser la place à un minuscule orifice.

 

« Katoucha Niane s’est révélée au monde entier comme l’un des mannequins vedettes noirs. « Dans ma chair » est le livre qui raconte son secret le plus intime dont le souvenir la poursuit encore aujourd’hui, « avec cette douleur atroce qui ne me sortira jamais de la tête ». Le jour où, à 9 ans, sa mère l’a amené se faire exciser.

 

Le Sénégal cité en exemple par l’ONU

A l’occasion de la Journée internationale de lutte contre les mutilations génitales féminines, le 6 février, le Fonds des Nations unies pour la population (FNUAP) et le Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF) ont fait état des progrès de la lutte contre l’excision au niveau mondial. Les deux organisations ont particulièrement salué les efforts fournis par le Sénégal, où 3 548 communautés ont abandonné l’excision en 2008. En 2009, le pays a enregistré une réduction de 65 % du nombre d’excisions.

Selon le rapport Unicef sur les mutilations génitales féminines en Suisse, plus de 130 millions de femmes sont excisées dans le monde. Et toutes les 15 secondes, une petite fille subit le même sort. L’excision est un rite cruel qui entraîne des conséquences pour toute la vie. De nombreuses filles meurent d’infection ou, sinon, ont des douleurs au moment d’uriner, durant les menstruations ou lors des rapports sexuels.

C’est dans les groupes de la population de certaines régions d’Afrique, du Moyen-Orient et du Proche-Orient que la mutilation génitale féminine est la plus répandue. Mais l’excision est aussi pratiquée dans certaines parties de l’Asie, en Amérique du Nord, en Australie et en Europe – généralement par de petites communautés et des groupes d’immigrés.

La mutilation génitale féminine (MGF) prive l’enfant de son droit à l’intégrité corporelle. L’Unicef n’invite pas seulement les pays africains mais aussi l’Europe à réagir, en raison de l’augmentation de l’immigration des femmes en provenance de pays pratiquant la MGF.

Les conséquences de cette pratique traumatisante pour la santé sont multiples : douleurs immédiates effroyables, choc et infections, séquelles à long terme ou à vie, risques élevés pour la mère et l’enfant de mourir à l’accouchement, stérilité, kystes, fistules, inflammations, troubles psychiques, etc.. (Unicef-Suisse)

 

Encore tabou, qu’en est-il d’une opération pour la réparation du clitoris?

Lors d’une opération de réparation, le chirurgien examine d’abord si le tissu situé en-dessous des cicatrices est sain. Pour une reconstruction du clitoris, la portion présente à l’intérieur du corps est ramenée vers l’extérieur et recouverte de muqueuse provenant de l’intérieur du vagin. L’extrémité des lèvres est recouverte avec de la peau prélevée sur une fesse. On s’attend à ce que la qualité de vie de la femme en soit améliorée et que cela diffère cas par cas. Toutes les femmes ne sont pas à même de pouvoir prétendre à une opération. L’intervention peut être contre-indiquée pour des raisons physiques ou psychiques.

« Mais il y a tout de même quelques notes d’espoir : d’abord, l’existence de femmes, très mobilisées, comme à la Fédération GAMS, contre l’excision … Il y a une campagne internationale lancée par Amnesty International qui se termine ces jours-ci pour alerter l’opinion … Et il y a le NON des femmes concernées ! (A dire d’elles)

 

Il y a aussi l’engagement des personnalités publiques telles que Sister Fa, Inna Modja, Alpha Blondy et Tiken Jah Fakoly à voir sur TV5.

 

« Fleur du Desert » – Un plaidoyer contre les mutilations sexuelles traditionnelles, par une femme somali, Waris Dirie, devenue top-model et ambassadrice de l’Onu.

 

A propos Not a Chocolate Cake

Serial blogueuse - Intérêts en Relations Publiques, en Communication et en Réseaux Sociaux - CV Infographique: http://vizualize.me/Kabisu
Galerie | Cet article, publié dans Mutilations, est tagué , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s