Les dessous de la liberté

 

Arabie Saoudite: Révolution dans les boutiques de lingerie 

Les femmes sont désormais autorisées à travailler comme vendeuses dans les boutiques de lingerie.

Les femmes vont progressivement remplacer les hommes, souvent d’origine chinoise, et conseiller les clientes, mettant ainsi fin à une situation absurde.

Elle découlait du principe fondamental de la société saoudienne, selon lequel une femme ne peut être en contact avec un homme qui n’appartient pas à sa famille. Donc, les femmes ne pouvaient pas travailler comme vendeuses. Mais puisqu’il fallait vendre, elles pouvaient malgré tout, comme un moindre mal, faire leurs emplettes auprès de vendeurs masculins.

Y compris dans les magasins de lingerie, où l’effet pervers atteignait des sommets: «Quand j’allais acheter un soutien-gorge , le vendeur me regardait d’un oeil expert, et malgré mon abaya (la robe noire informe obligatoire, ndlr) il me disait: “Vous, c’est du 95 C”. C’était vraiment gênant», raconte une habitante de Riyad, la capitale.

Par un décret entré en vigueur le 5 janvier dernier, le roi Abdallah a décidé d’imposer un personnel exclusivement féminin dans les boutiques de lingerie du pays. Une entorse à la loi islamique qui va faciliter le quotidien de nombreuses Saoudiennes.

Mais de façon paradoxale, les cabines d’essayage restent interdites dans tout le royaume. Les Saoudiennes se voient donc contraintes d’acheter des sous-vêtements trop grands ou trop petits ou bien d’utiliser les toilettes des centres commerciaux pour essayer leur lingerie.

Du côté des femmes, la nouvelle est bien accueillie.

Témoignage d’une institutrice de 37 ans : « C’est une décision positive et courageuse, a-t-elle dit à l’AFP. Comme beaucoup de femmes, j’étais embarrassée de devoir acheter mes dessous à un homme me posant des questions sur mes mensurations ».

Il faut dire que la promulgation du décret avait été précédée d’une campagne menée sur internet par des femmes exprimant leur exaspération. L’activiste Rim Assaad a ainsi lancé, il y a plus d’un an, une opération pour le boycott des boutiques de lingerie employant des hommes, « afin de mettre fin à l’embarras des femmes qui doivent s’adresser à des vendeurs ».

« Finie la gêne », proclamait pour sa part mardi sur sa page Fatima Qaroub, qui a lancé sur le web une campagne réclamant la féminisation des emplois dans la lingerie féminine. Cette militante souligne que « les commerçants, au début, ont mal accueilli la décision des autorités, mais après avoir employé des femmes saoudiennes, certains ont même étendu l’expérience aux magasins d’habillement » en général.

Du côté des instances religieuses, qui font tout pour empêcher la mixité, la décision royale suscite l’indignation. Le mufti d’Arabie Saoudite, cheikh Abel Aziz Al-Cheikh, a estimé lors d’un récent sermon que cela mettrait les vendeuses « en contact direct » avec les hommes gérant ces magasins. Et d’ajouter : « Les femmes vont vendre et compter l’argent », ce qui est « contraire à la religion ».

Il y a trois ans, les autorités religieuses étaient parvenues à bloquer une précédente décision permettant aux Saoudiennes de travailler dans les magasins de lingerie. Cette fois, elles essuient un revers.

Le ministère du Travail a déclaré que plus de 7 300 magasins étaient concernés et que 400 inspecteurs avaient été mobilisés pour vérifier l’application de l’ordonnance, indiquant que les contrevenants s’exposaient à des mesures punitives. Cet arrêté devrait s’étendre, en juillet 2012, aux boutiques de produits cosmétiques.

 

À propos de Not a Chocolate Cake

Serial blogueuse - Intérêts en Relations Publiques, en Communication et en Réseaux Sociaux - CV Infographique: http://vizualize.me/Kabisu
Galerie | Cette entrée, publiée dans Droit des femmes, Working woman, est taguée , , , , . Bookmarquez ce permalien.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s